FETE DE LA PROTECTION DE LA TRES SAINTE MERE DE DIEU – 14 OCTOBRE

FETE DE LA PROTECTION DE LA TRES SAINTE MERE DE DIEU – 14 OCTOBRE


Tropaire de la fête de la Protection de la Mère de Dieu, ton 4

En ce jour, célébrons cette fête avec joie ô peuples fidèles, à l’ombre de Ta venue, Mère de Dieu, et élevant le regard vers Ta très pure icône, disons avec attendrissement : protège-nous par Ton vénérable voile, et délivre-nous de tout mal, priant Ton Fils le Christ notre Dieu de sauver nos âmes.

Kondakion de la fête de la Protection de la Mère de Dieu, ton 3

La Vierge en ce jour est présente à l’église, et prie invisiblement Dieu pour nous avec le chœur des saints ; les anges se prosternent avec les pontifes, les apôtres avec les prophètes constituent des chœurs ; la Mère de Dieu prie pour nous le Dieu Prééternel.


LA FÊTE DE LA PROTECTION DE LA TRÈS SAINTE MÈRE DE DIEU

Sous le règne de l’empereur byzantin Léon le Grand (886-912) vivait à Constantinople un fol en Christ, dont le nom était André. A ce sujet, il convient de mentionner que « la folie en Christ » constitue une catégorie particulière, très élevée, de l’ascèse chrétienne. Se donnant volontairement l’aspect d’hommes insensés, les « fols en Christ » étaient constamment exposés aux offenses et délaissés par tous. La nourriture, le vêtement, le toit, semble-t-il ne constituaient pas pour eux une nécessité absolue. Malgré cela, ils avaient constamment les yeux de l’esprit et du cœur élevés vers Dieu, qui leur donnait des dons tels que celui de clairvoyance.

En souvenir de la vision suivante de St André le fol en Christ, fut établie la fête du Voile (ou de la Protection) de la Mère de Dieu : lors de la vigile célébrée en l’église des Blachernes à Constantinople, où était gardée la robe avec le mamphorion et une partie de la ceinture de la Mère de Dieu, vint le bienheureux André. Là se trouvait aussi Épiphane, disciple de St André, et l’un de ses serviteurs. Selon son habitude, André se tenait debout, parfois jusqu’à minuit, parfois jusqu’au matin, en fonction de ses forces. A la quatrième heure de la nuit, le bienheureux vit une Femme majestueuse s’avancer depuis les portes de l’église en compagnie de St Jean Baptiste, St Jean le Théologien et de nombreux autres saints en vêtements blancs. Lorsqu’Elle s’approcha de l’ambon, St André dit à St Epiphane : « Vois-tu la Dame et Reine du monde ? » « Je la vois, père spirituel », répondit-il. Et lorsqu’ils regardèrent, ils virent qu’Elle priait longuement pour le peuple présent. A la fin de la prière, elle ôta le voile qu’elle portait sur la tête, brillant comme un éclair, et l’étendit au-dessus de la foule. Le voile était si grand qu’il recouvrit toute la nombreuse assemblée, mais restait suspendu en l’air, soutenu par une force mystérieuse. La Mère de Dieu s’éleva alors dans le ciel et disparut, laissant au peuple chrétien son saint voile en garantie de sa protection bienveillante.

Dans l’office de ce jour la sainte Eglise loue la Très Sainte Mère de Dieu comme « la magnifique Protection du monde entier », et elle La prie de nous protéger par son « omophore de miséricorde ».

L’église des Blachernes a été détruite par un incendie en 1434, et il n’en est resté que la source miraculeuse de la Mère de Dieu. Sur cet endroit même a été construit une nouvelle église en 1867, qui existe jusqu’à nos jours. La source miraculeuse, dont l’eau opère de nombreuses guérisons, se trouve dans l’église même.


FEUILLETS LITURGIQUES DE LA CATHÉDRALE DE L’EXALTATION DE LA SAINTE CROIX (pdf)

LA FETE DE LA PAROISSE. REPORTAGE PHOTO

LA FETE DE LA PAROISSE. REPORTAGE PHOTO


LUNDI 14 / 27 SEPTEMBRE 2021 : à l’occasion de la fête de l’Exaltation de la Croix, fête patronale de la cathédrale de Genève en Suisse, les offices divins ont été célébrés par Monseigneur Irénée, évêque de Londres et d’Europe occidentale. Ont concélébré avec lui l’évêque Alexandre de Vevey, vicaire du diocèse, ainsi que le clergé de la cathédrale : les archiprêtres Paul Tzerkoff, Emilian Pocinoc et l’archidiacre Dometian (Redko). Rejoints par : l’archiprêtre Peter Sturm et le prêtre Vladimir Svystun de la paroisse de Zurich ; le prêtre Georges Machtalère de la paroisse de Luxembourg ; le prêtre Ioan Ciurin de la paroisse de Berne ; le prêtre Aviv Saliou-Diallo et le protodiacre Michel Vernaz de la paroisse de Vevey ; ainsi que par des invités de marque et amis de la cathédrale, l’archiprêtre Michael Gundyaev de la paroisse patriarcale de Moscou à Genève et le hiéromoine Peter (Tsyura) de la Laure de Kiev-Petchersk en Ukraine.

Les offices ont été accompagnés des chants du chœur de la paroisse, dirigé par Madame Milena Lioubov Petrechenko, nouvellement agrandi. La cathédrale a été décorée pour ces festivités par les sœurs paroissiales. Plus tôt dans le week-end, l’assemblée de paroisse annuelle s’est tenue sous la présidence l’évêque Irénée, unissant ainsi le travail de gestion de la paroisse à la joie de la célébration de sa fête patronale.

Dimanche soir, à l’issue des Vigiles, le rite spécial de l’élévation de la Croix — réservé unique aux cathédrales et aux grands monastères — a été célébré par les évêques Irénée et Alexandre avec la Croix historique de la cathédrale solennellement inclinée jusqu’à terre, puis élevée cérémonieusement au milieu des fidèles, ointe d’eau de rose par les prêtres, tandis que le peuple se prosternait devant elle et que le chœur chantait « Seigneur, aie pitié ! » cinq cents fois sur le mode traditionnel. 

À la fin du rite, l’assemblée unie a vénéré la précieuse Croix au chant de l’hymne : « Nous vénérons Ta Croix, ô Maître, et Ta sainte résurrection nous la glorifions ! », après quoi tous ont été oints par Monseigeur Irénée et ont reçu une fleur parfumée par l’eau de rose qui coulait de la Croix.

Le jour de la fête, la divine Liturgie pontificale a été célébrée par le clergé assemblé et présidée par les deux hiérarques. La fête a été l’occasion pour de nombreux membres du clergé de différentes régions du diocèse de se réunir et de célébrer dans un esprit particulier d’amour fraternel et de joie.

Dans son homélie, Monseigneur Irénée a évoqué la puissance de la Croix, qui est une folie pour le monde. Mais malgré les doutes du monde et la folie apparente de notre espérance chrétienne, Vladyka a encouragé les fidèles à vivre la vérité de l’œuvre salvatrice du Christ sur la Croix. « Que cette même Croix soit donc toujours pour nous le guide sûr et le gardien de notre vie, » a prêché Vladyka, citant les mots qui sont apparus dans le ciel à l’empereur saint Constantin et qui sont inscrits sur les murs de la cathédrale : ‘Par ce signe, tu vaincras.’ Ne vous tournez nulle part ailleurs ! Ne fuyez pas vers d’autres refuges ! Ne cherchez pas d’autre sagesse ! Mais prenez cette Croix dans vos cœurs, portez-La sur vos épaules, car comme le dit le Seigneur Lui-même, « mon joug est doux, et mon fardeau léger » (Matthieu 11.30) — et si nous nous attachons à la Croix du Christ de tout notre cœur, alors nous vivrons dans sa puissance, une puissance plus grande que le monde lui-même, et nous serons vraiment les fils et les filles de Jésus-Christ qui sauve l’humanité. »

À la fin de la divine Liturgie, la traditionnelle procession autour de la cathédrale a été remplacée cette année par un moleben à l’intérieur, car des travaux de restauration rendaient la procession impossible. Des salutations et échanges fraternels ont formulé depuis la soléa. Monseigeur Irénée a salué les fidèles avec la joie de la fête et en félicitant le merveilleux esprit de piété et de dévotion partagé qui règne maintenant dans la cathédrale historique de Genève — une véritable bénédiction de la Croix de Christ.

lire plus – https://orthodox-europe.org/content/geneva-altar-feast/

EXALTATION DE LA SAINTE CROIX – 27 SEPTEMBRE 2021

EXALTATION DE LA SAINTE CROIX – 27 SEPTEMBRE 2021


HOMÉLIE DE SAINT JEAN DAMASCÈNE SUR LA CROIX

C’est pourquoi ce bois vénérable, véritablement digne de piété, sur lequel le Christ s’est offert lui-même pour nous, est adorable en tant que sanctifié par Son Saint Corps et par Son Sang ; et aussi les clous, la lance, les vêtements, les lieux sacrés où Il a séjourné (la crèche, la grotte, le Golgotha salutaire, le Tombeau vivifiant, cet acropole de la Sion des Églises), et autres choses semblables. Comme le dit David, l’ancêtre deDieu : « Nous entrerons dans Son tabernacle, nous adorerons au lieu où se sont tenus Ses pieds ». La suite montre qu’il parle de la Croix : «Lève-toi, Seigneur, dans Ton repos ». (Ps. 131, 7). La Croix est suivie de la Résurrection. Si nous affectionnons des choses qui nous sont chères comme la maison, le lit, le vêtement, combien plus celles du Dieu Sauveur, par lesquelles aussi nous sommes sauvés. Et nous adorons également le type de la Croix vénérable et vivifiante, même tirée d’une autre matière : nous ne vénérons certes pas la matière, mais le type, qui est le symbole du Christ. Il a dit en effet à Ses propres disciples comme s’Il leur léguait Son testament : « alors apparaîtra le signe du Fils de l’homme dans le ciel ». (Mat. XXIV, 30), voulant parler de la Croix. C’est pourquoi aussi l’Ange de la Résurrection dit aux femmes : « Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ». Il y a beaucoup de christs et de Jésus, mais il y en a un seul crucifié. Il ne dit pas: percé d’une lance, mais crucifié. Il faut donc adorer le signe du Christ, car là où est Son signe, Lui y est aussi. Quant à la matière dont on a fait l’image de la Croix, quoique la pierre ou l’or soient dignes de respect, il n’y a pas à adorer une fois l’image détruite. Nous adorons donc tout ce qui est consacré à Dieu, en reportant sur Lui la piété. Le Bois de Vie, celui que Dieu planta au paradis, a préfiguré cette Croix vénérable, car la mort étant venue par le bois, il fallait que par le bois fussent données la Vie et la Résurrection ; Jacob le premier, en se prosternant devant le sommet du bâton de Joseph, a réalisé l’icône de la Croix et de même, en bénissant ses enfants avec ses mains croisées, il a très clairement désigné le signe de la Croix. Le bâton de Moïse frappa la mer comme une croix et sauva Israël en plongeant Pharaon dans l’abîme ; ses mains étendues en croix faisaient fuir Amaleck ; le bois adoucit l’amertume de l’eau, il fissure la pierre et en fait sourdre l’eau. Le bâton d’Aaron lui assure la dignité du sacerdoce. Le serpent a été élevé sur le bois, quoique mort, et le bois sauvait ceux qui regardaient avec foi à l’adversaire mort, comme le Christ qui dans la chair du péché a été cloué au bois sans qu’Il ait connu le péché. Le grand Moïse déclare : « Vous verrez votre vie pendue au bois devant vos yeux». (Deut. XXIIX, 66) et Isaïe : « Tout le jour j’ai étendu mes mains vers un peuple incrédule et discuteur ». (Is. 55, 2). Nous qui adorons cela, puissions- nous trouver part auprès du Christ crucifié. Amen.

Tropaire de l’Exaltation de la Croix, ton 1

Seigneur, sauve Ton peuple et bénis Ton héritage ; accorde aux chrétiens orthodoxes la victoire sur les ennemis et garde Ton peuple par Ta Croix.


Sermon de l’Évêque diocésain, Monseigneur Irénée, Évêque de Londres et d’Europe occidentale, le jour de la fête de la paroisse (audio)

FEUILLETS LITURGIQUES DE LA CATHÉDRALE DE L’EXALTATION DE LA SAINTE CROIX (pdf)

LA NATIVITÉ DE LA TRÈS-SAINTE MÈRE DE DIEU – 21 SEPTEMBRE 2021

LA NATIVITÉ DE LA TRÈS-SAINTE MÈRE DE DIEU – 21 SEPTEMBRE 2021


Notre Dieu créa l’homme et le plaça dans le Paradis pour qu’il ne se préoccupe que de cultiver le bien et de contempler Dieu seul par ses œuvres. Mais, par la jalousie du diable, qui séduisit Eve, la première femme, Adam tomba dans le péché et fut exclu du Paradis de délices. Par la suite, Dieu donna Sa Loi aux hommes par Moïse et fit connaître Ses volontés par les Prophètes, en préparation d’un bienfait plus grand: l’Incarnation de Son Fils unique, le Verbe de Dieu, qui devait nous délivrer des filets du Mauvais. En assumant notre nature, le Christ voulait participer pleinement à notre condition déchue, hormis le péché: car Lui seul est sans péché, étant Fils de Dieu. C’est pourquoi Dieu Lui prépara une demeure immaculée, une arche pure, la très Sainte Vierge Marie, qui, bien qu’elle fût elle aussi soumise à la mort et à la condamnation de nos premiers parents, fut élue par Dieu depuis l’origine des âges pour être la nouvelle Eve, la Mère du Christ Sauveur, la source de notre rédemption et le prototype de toute sainteté chrétienne.

Son père s’appelait Joachim. Il descendait de la tribu royale de David par la branche de Nathan, son fils. Nathan engendra Lévi, Lévi engendra Melchi et Panther, Panthère engendra Barpanther, père de Joachim. Anne, l’épouse de Joachim, descendait elle-aussi de la tribu royale; car elle était la petite-fille de Mattha, lui- même petit-fils de David par Salomon. Mattha épousa une certaine Marie de la tribu de Juda, et ils donnèrent naissance à Jacob, le père de Joseph le charpentier et à trois filles: Marie, Sobée et Anne. Marie donna naissance à Salomée la sage-femme; Sobée à Elisabeth, la mère du Précurseur, et Anne à la Mère de Dieu, Marie, qui portait ainsi le nom de sa grand-mère et de sa tante. Elisabeth et Salomée, les nièces d’Anne, étaient donc les cousines de la Mère de Dieu.Selon une divine économie, et pour montrer la stérilité de la nature humaine avant la venue du Christ, Dieu avait laissé Joachim et Anne sans progéniture jusqu’à un âge avancé. Comme Joachim était riche et pieux, il ne cessait de s’adresser à Dieu par la prière et de Lui offrir des présents, pour qu’Il les délivre, lui et son épouse, de leur opprobre. Un jour de fête, alors qu’il s’était présenté au Temple pour déposer son offrande, un des fidèles s’adressa à lui en disant: «Il ne t’est pas permis de présenter ton offrande avec nous, car tu n’as pas d’enfant». Alors, le cœur ulcéré, Joachim ne rentra pas chez lui, mais se retira dans la montagne, seul, pour prier et verser des larmes devant Dieu. Pendant ce temps, Anne versait elle aussi d’abondantes larmes et élevait de ferventes supplications vers le ciel, dans son jardin. Notre Dieu, riche en miséricorde et plein de compassion, entendit leurs supplications et envoya auprès d’Anne l’Archange Gabriel, l’Ange de la bienveillance de Dieu et l’annonciateur du salut, pour lui annoncer qu’elle allait concevoir et donner naissance à un enfant, malgré son âge, et que l’on parlerait de cette progéniture par toute la terre. Elle répondit, pleine de joie et de surprise: «Aussi vrai que vit le Seigneur mon Dieu, si j’enfante soit un fils, soit une fille, je le consacrerai au Seigneur mon Dieu, pour qu’il Le serve tous les jours de sa vie». Joachim, lui aussi,reçut la visite d’un Ange qui lui ordonna de se mettre en chemin avec Ses troupeaux pour rentrer chez lui et se réjouir avec sa femme et toute leur maison, car Dieu avait décidé de mettre fin à leur opprobre.

Or, neuf mois étant passés, Anne enfanta. Elle demanda à la sage femme: – «Qu’ai-je mis au monde?» Celle-ci répondit: – « Une fille. » Et Anne reprit: – «Elle a été glorifiée en ce jour, mon âme!» Et elle coucha délicatement l’enfant. Les jours de la purification de la mère exigés par la Loi étant accomplis, elle se releva, se lava, donna le sein à son enfant, et lui donna le nom de Marie: le nom qu’avaient attendu confusément les Patriarches, les Justes et les Prophètes, et par lequel Dieu devait réaliser le projet qu’Il tenait caché depuis l’origine du monde.

De jour en jour, l’enfant se fortifiait. Quand elle eut six mois, sa mère la posa à terre, pour voir si elle tiendrait debout. Marie avança alors de sept pas assurés, puis revint se blottir dans le giron de sa mère. Anne la souleva en disant: «Aussi vrai que vit le Seigneur mon Dieu, tu ne fouleras plus ce sol avant que je ne t’emmène au Temple du Seigneur. » Et elle établit un sanctuaire dans la chambre de l’enfant, où rien de vil ni de souillé par le monde n’entrait. Et elle fit venir des filles d’Hébreux de race pure, pour jouer avec l’enfant. La première année de la petite étant écoulée, Joachim donna un grand festin. Il invita des Prêtres, des scribes et les membres du Conseil, et tout le peuple d’Israël. Joachim présenta aux Prêtres la petite fille, ceux-ci la bénirent en disant: «Dieu de nos pères, bénis cette petite fille et donne lui un nom qui soit nommé éternellement et par toutes les générations. » Et tout le peuple répondit: «Qu’il en soit ainsi, qu’il en soit ainsi! Amen!» Joachim la présenta aussi aux princes des Prêtres. Ceux-ci la bénirent en disant: «Dieu des hauteurs sublimes, abaisse Ton regard sur cette petite fille, et donne lui une bénédiction suprême, une bénédiction à nulle autre pareille!» Sa mère emporta Marie dans le sanctuaire de sa chambre et lui donna le sein, en adressant au Seigneur Dieu cette hymne: «Je veux chanter au Seigneur mon Dieu une hymne, parce qu’Il m’a visitée et qu’Il a écarté de moi l’outrage de mes ennemis. Car le Seigneur m’a donné un fruit de Sa justice, cette justice qui est une et multiple tout ensemble. Qui annoncera maintenant aux fils de Ruben qu’Anne est Mère? Apprenez, apprenez, vous les douze tribus dIsraël, qu’Anne est mère!» Puis elle posa l’enfant dans la chambre du sanctuaire, sortit et alla servir les invités, qui se réjouissaient et louaient le Dieu d’Israël.

Tropaire de la Nativité de la Mère de Dieu, ton 4

Ta nativité, Vierge Mère de Dieu, a annoncé la joie à tout l’univers, car de toi s’est levé le Soleil de Justice, le Christ notre Dieu, qui, en détruisant la malédiction, nous a donné la bénédiction; en abolissant la mort, Il nous a donné la vie éternelle.


FEUILLETS LITURGIQUES DE LA CATHÉDRALE DE L’EXALTATION DE LA SAINTE CROIX (pdf)

Le sermon du père Paul Tzvetkoff enregistrés le 21.09.21

L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE de la paroisse se tiendra le samedi, 25 septembre 2021 à 10 heures dans la cathédrale de l’Exaltation de la Sainte Croix

L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE de la paroisse se tiendra le samedi, 25 septembre 2021 à 10 heures dans la cathédrale de l’Exaltation de la Sainte Croix


Chers paroissiens et paroissiennes,
Le Conseil Fédéral a pris la décision que dès lundi 13 septembre 2021, il faudra présenter un certificat COVID pour participer à des manifestations à l’intérieur qui regroupent plus de 50 personnes.

Samedi, le 25 septembre aura lieu l’Assemblée générale de notre paroisse. Nous avons envoyé plus de 100 convocations, donc, on sera plus que 50 personnes, c’est pourquoi en respectant les mesures sanitaires ordonnées par le gouvernement suisse nous vous informons que la participation à l’Assemblée générale le 25 septembre se fera uniquement avec la présentation du certificat COVID.


Paroisse de la Cathédrale de l’Exaltation de la Sainte Croix

Aux membres de la Paroisse de l’Exaltation de la Sainte Croix :

CONVOCATION
L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE de la paroissese tiendra le samedi, 25 septembre 2021 à 10 heures
dans la cathédrale de l’Exaltation de la Sainte Croix(9, rue Rodolphe – Toepffer, 1206 Genève)

Ordre du jour :
Prière

  1. Allocution de Mgr Irénée, recteur de la Paroisse.
  2. Approbation des procès-verbaux de l’Assemblée générale ordinaire et de l’Assemblée générale extraordinaire du 19 juillet 2020.
  3. Rapports du clergé, rapport du Marguillier, rapport du Trésorier, rapport des Vérificateurs.
  4. Décharge aux membres du Conseil de paroisse pour l’exercice 2020.
  5. Election des membres du Conseil de Paroisse, élection du Trésorier, élection des Vérificateurs aux comptes.
  6. Diver

Prière

Pour votre information :
La convocation a été envoyé à tous les membres de la paroisse conformément aux articles 11, 13 et 13.2 des Statuts.

  • Art. 11. Tous les chrétiens orthodoxes des deux sexes, quelle que soit leur nationalité, qui ont atteint l’âge de 18 ans, qui paient les cotisations établies, qui se confessent et prennent la Sainte Communion au moins une fois par an et qui aspirent à la morale et au bien-être économique de la paroisse peuvent devenir membres de la paroisse.
  • Art. 13. Tous les membres de la paroisse, à l’exception de ceux mentionnés à l’art. 11.2, qui paient régulièrement les cotisations et autres contributions obligatoires fixées par les assemblées diocésaines, ont le droit de participer et de voter à l’Assemblée Paroissiale, de voter et d’être élu lors des élections aux fonctions paroissiales.
  • 13.2. Les membres de la paroisse qui n’ont pas payé leur cotisation pendant 3 mois sont privés de leur droit de vote et d’être élus aux fonctions paroissiales jusqu’au paiement de ces arriérés. Les membres de la paroisse qui n’ont pas payé leurs cotisations pendant 12 mois sont exclus du registre des membres de la paroisse. Toutefois, si un membre de la paroisse ne paie pas sa cotisation pour un juste motif (maladie, chômage, etc.), la question de son droit de vote sera déterminée par le Conseil de Paroisse.

Vos propositions pour les points 5 (Elections) et 6 (Divers) doivent parvenir par écrit au Conseil de la paroisse d’ici au 15 septembre 2021.

Les personnes désireuses de participer en qualité de Membre au Conseil de Paroisse, devenir Trésorier ou Vérificateur aux comptes sont invitées à envoyer par courrier leurs candidatures au Conseil de la Paroisse (9, rue Toepffer, CP 191, 1211 Genève) ou par courriel à l’adresse de la secrétaire de paroisse d’ici au 15 septembre 2021.

Le Conseil de Paroisse actuel se compose de 14 personnes :
Monseigneur Irénée, Evêque de Londres et d’Europe Occidentale,
Monseigneur Alexandre, Evêque de Vevey, vicaire,
Très Révérend Père Paul Tzvetkoff,
Très Révérend Père Emilien Pocinoc,
Archidiacre Dometian Redko,
Alexander Romash (Marguillier),
Olga Pocinoc (Trésorière),
Emilia Nazarenko (Secrétaire),
Alla Potapoushina,
Maria Pilar Haab,
Alexandre Seletskiy,
Igor Toskin,
Sergey Zaziyants.

A présent, les Vérificateurs aux comptes de la paroisse sont :
Nina Rakhmaninova,
Walter Hunkeler
Stepan Kruglikov.

INFORMATION IMPORTANTE :
Les procès-verbaux de l’Assemblée générale ordinaire et de l’Assemblée générale extraordinaire du 19 juillet 2020, ainsi que les comptes financiers 2020 sont disponibles à la demande. Veuillez envoyer votre demande à l’adresse électronique ou la déposer au comptoir des cierges.